Les chartes de qualité

 

 

La charte des toiletteurs

Accueil
  1. Le toiletteur veille au bon accueil du client et à être agréable avec celui-ci.
  2. Le toiletteur est à l’écoute du client et lui prodigue les conseils nécessaires aux bons soins de l’animal.
  3. Si la demande du client lui semble contraire au bien-être de l’animal, le toiletteur est en droit de refuser la prestation, en expliquant au client la raison de son refus.
Hygiène et sécurité
  1. Le toiletteur veille à être propre et présentable.
  2. Le salon de toilettage devra être nettoyé et désinfecté au moins une fois par jour.
  3. Le toiletteur doit désinfecter ses outils de travail régulièrement.
  4. Le tabac, l’alcool et la drogue sont interdits dans la zone de travail.
  5. Les poils devront être évacués après chaque prestation.
  6. L’usage de calmants est soumis à un avis vétérinaire.
  7. Le toiletteur veille à prévenir ses clients s’il remarque un problème chez l’animal. Son rôle est d’avertir le client mais en aucun cas de poser un diagnostic ni un acte vétérinaire quel qu’il soit.
  8. En cas de blessures occasionnées au cours de la prestation, le toiletteur en avertit le propriétaire et, si besoin, trouve un accord pour la prise en charge des frais vétérinaires. Une exception est faite pour les prestations à risques telles que celles concernant un chien agressif, au comportement anormal ou extrêmement négligé par son maître. Le toiletteur sera en droit de refuser la prestation si il la juge trop dangereuse pour lui.
  9. Le toiletteur veille à bien dégager et nettoyer les zones d’hygiène.
  10. Un chien n’est jamais laissé seul dans le salon, que ce soit sur la table ou dans la baignoire.
  11. Le toiletteur veille à ce que son salon soit muni d’un extincteur adapté à la superficie de son salon.
  12. Le toiletteur privilégie des crochets aux murs ou barrières de sécurité aux cages.
  13. Le toiletteur privilégie les sangles larges ou des semi étrangleurs comme collier de sécurité sur la table comme dans la baignoire.
  14. Le toiletteur doit avoir souscrit une assurance « responsabilité civile professionnelle » liée à l’activité de toiletteur.
Produits

Seuls les produits de cosmétique canine et féline sont utilisés. En aucun cas, des produits humains ou des détergents ne sont utilisés.

 

La charte des intervenants en éducation et/ou en comportement canin

Chapitre I – Dispositions générales
  1. Le présent code de déontologie s’applique à toute personne portant le titre d’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin.
  2. Le présent code détermine les devoirs et obligations dont s’acquitte tout intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin, quelle que soit le cadre ou le mode d’exercice de ses activités ou quelle que soit la nature de sa relation contractuelle avec le client.
  3. Les dispositions contenues dans le présent code sont énonciatives et non-limitatives. Elles ont pour objectifs d’assurer la protection et le bien-être du client ainsi que celui de son chien, de préserver la dignité et l’intégrité de la profession, ainsi que de garantir la qualité des services fournis par l’intervenant mentionné ci-dessus.
  4. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin ne peut se soustraire à une obligation ou à un devoir contenu dans le présent code.
Chapitre II – Définitions
  1. Pour l’application du présent code de déontologie, il faut entendre par:
    1.1. Intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin: un adhérant de Canifed ASBL intervenant en éducation, en comportement canin ou intervenant dans les deux champs.
    1.2. Client : toute personne, groupe ou organisation qui demande un service ou un accompagnement par rapport à son chien.
    1.3.Bien-être animal : notion associée au point de vue selon lequel toute souffrance animale devrait être évitée. La notion de bien-être repose sur les cinq piliers ci-dessous.
    1.3.1. Absence de douleur, lésion ou maladie ;
    1.3.2. Absence de stress climatique ou physique ;
    1.3.3. Absence de faim, de soif ou de malnutrition ;
    1.3.4. Absence de peur et de détresse ;
    1.3.5. Possibilité d’exprimer des comportements normaux, propres à chaque espèce.
Chapitre III – Secret professionnel
  1. Soucieux de l’intimité des personnes et conscient de la nécessité de l’accessibilité de la profession pour tous, l’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin s’impose une discrétion sur tout ce qu’il apprend dans et par l’exercice de la profession.
  2. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin ne révèle pas qu’un client fait, a fait appel ou a l’intention de faire appel à ses services, sauf avec le consentement du client.
  3. En cas de compte rendu à un tiers, l’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin se limite à l’information qui se rapporte directement à la question posée.
  4. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin ne mentionne aucun renseignement factuel susceptible d’identifier le propriétaire d’un chien lorsqu’il utilise des renseignements obtenus de celui-ci à des fins didactiques, pédagogiques ou scientifiques.
  5. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin est délivré du secret professionnel s’il constate qu’un animal ou qu’une population d’animaux a été victime de mauvais traitements. Il a alors l’obligation d’en faire rapport aux autorités compétentes.
Chapitre IV – Les principes généraux : le respect de la dignité de la personne et de ses droits, le respect de la dignité et du bien-être du chien, la responsabilité, la compétence et l’intégrité

Section I : Le respect de la dignité de la personne et de ses droits

  1. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin respecte et défend sans aucune discrimination les droits fondamentaux des personnes et groupes de personnes, à savoir : leur liberté, leur dignité, leur intimité, leur autonomie et leur intégrité.
  2. Il préserve la vie privée de toute personne en assurant la confidentialité de son intervention. Le respect scrupuleux du secret professionnel est l’aspect minimum de cette obligation.
  3. L’exercice de la profession d’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin exige dans n’importe quelle situation le respect de la personne humaine dans son intégralité psychologique et physique. Ceci implique:
    3.1. le respect sans aucune discrimination basée sur les différences ethniques, culturelles, de sexe, de langue, de fortune ou de naissance ;
    3.2. le respect de valeurs morales des personnes ;
    3.3. l’interdiction de l’utilisation de ces différences ou de ces valeurs à des fins d’immixtion arbitraire dans la vie privée, ou d’atteinte à l’honneur ou à la réputation de la personne, pendant et après l’exercice de la profession de l’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin.
  4. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin donne au client une description de sa démarche qui soit compréhensible et conforme à la vérité. Il a le devoir de l’informer des conséquences négatives possibles relevant de l’utilisation de certains outils et/ou méthodes.
  5. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin n’engage personne contre sa volonté dans une activité de guidance ou un traitement. Il reconnaît le droit du client de le choisir ou non en toute indépendance et d’interrompre sa participation à n’importe quel moment.

Section II : Le respect de la dignité et du bien-être du chien

  1. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin exerce ses activités dans le respect du bien-être et de la dignité du chien.
  2. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin instaure des règles de non-violence au sujet des animaux présents. Il veille au bien-être de l’animal lors de ses activités, il ne porte pas atteinte à l’intégrité physique et psychologique du chien.
  3. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin appelé à travailler sur un cas d’agressivité tente de mettre en place une zone de travail sécurisée afin d’éviter toute situation dangereuse, pour le client, le chien, la société et lui-même. Il évite de se mettre en situation de conflit avec l’animal et s’abstient de provoquer inutilement une réaction agressive de la part du chien.
  4. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin s’abstient de pratiquer, recommander ou encourager toute méthode susceptible de causer de la douleur chez l’animal.
  5. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin ne recommande pas l’usage de certains outils soumis à la vente libre tels que les colliers étrangleurs, le collier à pointes, le collier à chocs électriques.Il a également le devoir de corriger tout usage d’un outil d’éducation si l’utilisation de celui-ci  par le conducteur du chien le rend coercitif pour l’animal : Saccades répétitives exercées avec un collier plat ou encore harnais mal réglé provoquant  ainsi des blessures.L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin ne fait pas usage de bidons ou autres contenants faisant de bruit, ni de matériel à jet d’eau ou air, sur ou à côté du chien.Il a le devoir et la capacité de discerner la sensibilité de chaque chien dont il s’occupe dans le cadre de son éducation ou de sa rééducation.
  6. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin ne peut prêter ou utiliser un animal confié à sa garde pour des fins autres que celles pour lesquelles il lui a été confié, à moins d’avoir obtenu l’accord explicite du propriétaire de l’animal.

Section III : La responsabilité de l’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin

  1. Dans le cadre de ses compétences, l’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin assume personnellement la responsabilité du choix, de l’application et des conséquences des méthodes et des techniques qu’il met en œuvre.
  2. De même, il assume personnellement la responsabilité des avis professionnels qu’il émet.
  3. Il assume une obligation de moyens et non de résultat.
  4. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin est couvert par une assurance apte à indemniser l’ensemble des dommages qu’il est susceptible de causer, compte tenu de son secteur d’activité.
  5. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin prend des mesures raisonnables afin que toute personne, qui collabore avec lui, dans l’exercice de sa profession, respecte le présent code.
  6. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin est responsable d’assurer la continuité des services professionnels rendus au client, en ce compris la coopération avec d’autres professions. Il prend les mesures nécessaires lorsqu’il doit suspendre ou terminer son engagement.

Section V : L’intégrité, l’honnêteté de l’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin

  1. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin se réserve le droit de refuser une prestation si la demande du client est contraire au bien-être de l’animal, en expliquant au client la raison de son refus. Il est en droit de ne pas accepter des conditions de travail qui porteraient atteinte à son indépendance professionnelle ou qui l’empêcheraient d’appliquer les principes déontologiques faisant l’objet de ce code.
  2. Si nécessaire, il consulte ses confrères qui veilleront à lui apporter leur aide dans le respect du secret professionnel.
  3. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin annonce ses services et sans dénigrer la réputation de ses confrères. Il a le devoir d’être exact lorsqu’il fait état de ses titres et qualifications, de sa formation, de son expérience, de ses compétences et de ses appartenances professionnelles.
  4. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin respecte les conceptions et les pratiques de ses confrères pour autant qu’elles soient en accord avec le présent Code. Ceci n’exclut pas la critique fondée. Dans l’exercice de son activité professionnelle, l’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin adopte une attitude confraternelle avec l’ensemble de ses confrères.
  5. Lorsqu’un intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin estime qu’un confrère ne se comporte pas conformément au présent Code, il le lui signale.

Section VI : Les devoirs envers la profession d’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin

  1. Dans la mesure de ses ressources, de ses qualifications et de son expérience, l’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin cherche à promouvoir le développement et la crédibilité de la profession.
  2. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin ne dénigre pas, ni n’intimide, ni n’entrave, de quelque façon que ce soit, un représentant ou un adhérent de Canifed ASBL dans l’exercice de ses fonctions. Il adopte un esprit confraternel.
  3. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin fait preuve de collaboration avec ses collègues et ne surprend pas la bonne foi d’un collègue ou ne fait pas preuve envers lui d’un abus de confiance ou de procédés déloyaux.
  4. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin reconnaît la responsabilité de Canifed ASBL d’assurer la protection du public et la pratique d’interventions auprès de chiens par des personnes compétentes. Il y collabore notamment en :
    4.1. informant Canifed ASBL qu’un candidat ne respecte pas les conditions d’admission et d’inscription au tableau des adhérents de Canifed ASBL.
    4.2. informant Canifed ASBL du fait qu’une personne usurpe le titre d’adhérent en éducation canine et/ou en comportement canin ou permet de laisser croire qu’elle utilise ce titre alors qu’elle ne le devrait pas.
  5. L’intervenant en éducation canine et/ou en comportement canin respecte tout engagement qu’il a conclu avec Canifed ASBL, ses représentants autorisés et ses adhérents.

 

La charte des intervenants en massothérapie

Chapitre I – Dispositions générales
  1. Le présent code de déontologie s’applique à toute personne portant le titre de masseur ou shiatsu-ki canin.
  2. Le présent code détermine les devoirs et obligations dont s’acquitte tout masseur ou shiatsu-ki canin, quel que soit le cadre ou le mode d’exercice de ses activités ou quelle que soit la nature de sa relation contractuelle avec le client.
  3. Les dispositions contenues dans le présent code sont énonciatives et non-limitatives. Elles ont pour objectifs d’assurer la protection et le bien-être du client ainsi que celui de son chien, de préserver la dignité et l’intégrité de la profession, ainsi que de garantir la qualité des services fournis par l’intervenant mentionné ci-dessus.
  4. Le masseur ou shiatsu-ki canin ne peut se soustraire à une obligation ou à un devoir contenu dans le présent code.
Chapitre II – Définitions
  1. Pour l’application du présent code de déontologie, il faut entendre par:
    1. Le masseur ou shiatsu-ki canin: un adhérant de Canifed ASBL certifié masseur pour chiens et/ou certifié praticien en shiatsu canin (ou équin avec une formation complémentaire pour les chiens)
    1.2. Client : toute personne, groupe ou organisation qui demande un service ou un accompagnement par rapport à son chien.
    1.3.Bien-être animal : notion associée au point de vue selon lequel toute souffrance animale devrait être évitée. La notion de bien-être repose sur les cinq piliers ci-dessous.
    1.3.1. Absence de douleur, lésion ou maladie ;
    1.3.2. Absence de stress climatique ou physique ;
    1.3.3. Absence de faim, de soif ou de malnutrition ;
    1.3.4. Absence de peur et de détresse ;
    1.3.5. Possibilité d’exprimer des comportements normaux, propres à chaque espèce.
Chapitre III – Secret professionnel
  1. Soucieux de l’intimité des personnes et conscient de la nécessité de l’accessibilité de la profession pour tous, le masseur et particulièrement le shiatsu-ki canin s’impose une discrétion sur tout ce qu’il apprend dans et par l’exercice de la profession.
  2. Le masseur et particulièrement le shiatsu-ki canin ne révèle pas qu’un client fait, a fait appel ou a l’intention de faire appel à ses services, sauf avec le consentement du client.
  3. En cas de compte rendu à un tiers, le masseur ou shiatsu-ki canin se limite à l’information qui se rapporte directement à la question posée.
  4. Le masseur ou shiatsu-ki canin ne mentionne aucun renseignement factuel susceptible d’identifier le propriétaire d’un chien lorsqu’il utilise des renseignements obtenus de celui-ci à des fins didactiques, pédagogiques ou scientifiques.
  5. Le masseur ou shiatsu-ki canin est délivré du secret professionnel s’il constate qu’un animal ou qu’une population d’animaux a été victime de mauvais traitements. Il a alors l’obligation d’en faire rapport aux autorités compétentes.
Chapitre IV – Les principes généraux : le respect de la dignité de la personne et de ses droits, le respect de la dignité et du bien-être du chien, la responsabilité, la compétence et l’intégrité

Section I : Le respect de la dignité de la personne et de ses droits

  1. Le masseur ou shiatsu-ki canin respecte et défend sans aucune discrimination les droits fondamentaux des personnes et groupes de personnes, à savoir : leur liberté, leur dignité, leur intimité, leur autonomie et leur intégrité.
  2. Il préserve la vie privée de toute personne en assurant la confidentialité de son intervention. Le respect scrupuleux du secret professionnel est l’aspect minimum de cette obligation.
  3. L’exercice de la profession de masseur ou shiatsu-ki canin exige dans n’importe quelle situation le respect de la personne humaine dans son intégralité psychologique et physique. Ceci implique:
    1. le respect sans aucune discrimination basée sur les différences ethniques, culturelles, de sexe, de langue, de fortune ou de naissance ;
    3.2. le respect de valeurs morales des personnes ;
    3.3. l’interdiction de l’utilisation de ces différences ou de ces valeurs à des fins d’immixtion arbitraire dans la vie privée, ou d’atteinte à l’honneur ou à la réputation de la personne, pendant et après l’exercice de la profession de masseur ou shiatsu-ki canin

Section II : Le respect de la dignité et du bien-être du chien

  1. Le masseur ou shiatsu-ki canin veille au bon accueil du client et à être agréable avec celui-ci.
  2. Le masseur ou shiatsu-ki canin veille à être propre et présentable.
  3. L’usage de calmants est soumis à un avis vétérinaire.
  4. Le masseur ou shiatsu-ki canin veille à prévenir ses clients s’il remarque un problème chez l’animal. Son rôle est d’avertir le client mais en aucun cas de poser un diagnostic ni un acte vétérinaire quel qu’il soit.
  5. Le masseur ou shiatsu-ki canin exerce ses activités dans le respect du bien-être et de la dignité du chien.
  6. Le masseur ou shiatsu-ki canin instaure des règles de non-violence au sujet des animaux présents. Il veille au bien-être de l’animal lors des séances, il ne porte pas atteinte à l’intégrité physique et psychologique du chien.
  7. Le masseur ou shiatsu-ki canin appelé à travailler sur un cas d’agressivité évite de se mettre en situation de conflit avec l’animal et s’abstient de provoquer inutilement une réaction agressive de la part du chien. Il utilisera si nécessaire une muselière afin de se protéger de morsures.
  8. Le masseur ou shiatsu-ki canin s’abstient de pratiquer, recommander ou encourager toute méthode susceptible de causer de la douleur chez l’animal.

Section III : La responsabilité du masseur ou shiatsu-ki canin

  1. De même, il assume personnellement la responsabilité des avis professionnels qu’il émet.
  2. Il assume une obligation de moyens et non de résultat.
  3. Le masseur ou shiatsu-ki canin est couvert par une assurance en responsabilité civile compte tenu de son secteur d’activité.
  4. Le masseur ou shiatsu-ki canin prend des mesures raisonnables afin que toute personne, qui collabore avec lui, dans l’exercice de sa profession, respecte le présent code.
  5. Le masseur ou shiatsu-ki canin canin est responsable d’assurer la continuité des services professionnels rendus au client, en ce compris la coopération avec d’autres professions. Il prend les mesures nécessaires lorsqu’il doit suspendre ou terminer son engagement.

Section V : L’intégrité, l’honnêteté du masseur ou shiatsu-ki canin

  1. Le masseur ou shiatsu-ki canin se réserve le droit de refuser une prestation si la demande du client est contraire au bien-être de l’animal, en expliquant au client la raison de son refus. Il est en droit de ne pas accepter des conditions de travail qui porteraient atteinte à son indépendance professionnelle ou qui l’empêcheraient d’appliquer les principes déontologiques faisant l’objet de ce code.
  2. Si nécessaire, il consulte ses confrères qui veilleront à lui apporter leur aide dans le respect du secret professionnel.
  3. Le masseur ou shiatsu-ki canin annonce ses services et sans dénigrer la réputation de ses confrères. Il a le devoir de faire état de ses titres et qualifications, de sa formation, de son expérience, de ses compétences et de ses appartenances professionnelles en affichant ses certificats de manière visible et en les montrant sur demande.
  4. Le masseur ou shiatsu-ki canin veillera personnellement à suivre de manière régulière et au minimum annuelle, des formations continuées afin de garantir une évolution permanente de ses compétences.
  5. Le masseur ou shiatsu-ki canin respecte les conceptions et les pratiques de ses confrères pour autant qu’elles soient en accord avec le présent Code. Ceci n’exclut pas la critique fondée. Dans l’exercice de son activité professionnelle, il adopte une attitude confraternelle avec l’ensemble de ses confrères.
  6. Lorsqu’un masseur ou shiatsu-ki canin estime qu’un confrère ne se comporte pas conformément au présent Code, il le lui signale.

Section VI : Les devoirs envers la profession de masseur ou shiatsu-ki canin

  1. Dans la mesure de ses ressources, de ses qualifications et de son expérience, Le masseur ou shiatsu-ki canin cherche à promouvoir le développement et la crédibilité de la profession.
  2. Le masseur ou shiatsu-ki canin ne dénigre pas, ni n’intimide, ni n’entrave, de quelque façon que ce soit, un représentant ou un adhérent de Canifed ASBL dans l’exercice de ses fonctions. Il adopte un esprit confraternel.
  3. Le masseur ou shiatsu-ki canin fait preuve de collaboration avec ses collègues et ne surprend pas la bonne foi d’un collègue ou ne fait pas preuve envers lui d’un abus de confiance ou de procédés déloyaux.
  1. Le masseur ou shiatsu-ki canin reconnaît la responsabilité de Canifed ASBL d’assurer la protection du public et la pratique d’interventions auprès de chiens par des personnes compétentes. Il y collabore notamment en :
    4.1. informant Canifed ASBL qu’un candidat ne respecte pas les conditions d’admission et d’inscription au tableau des adhérents de Canifed ASBL.
    4.2. informant Canifed ASBL du fait qu’une personne usurpe le titre de masseur ou shiatsu-ki canin ou permet de laisser croire qu’elle utilise ce titre alors qu’elle ne le devrait pas.
    Le masseur ou shiatsu-ki canin respecte tout engagement qu’il a conclu avec Canifed ASBL, ses représentants autorisés et ses adhérents.

Consultez la liste de nos professionnels

Vous êtes à la recherche d’un massothérapeute, toiletteur ou un intervenant en éducation et/ou en comportement canin?
Vous pensez que notre charte est un gage de qualité et de sécurité?
Consultez nos listes!

Devenez adhérent Canifed

Vous êtes professionnel dans le secteur animal et plus particulièrement dans la branche canine, vous adhérez à notre charte? Vous souhaitez rejoindre une fédération dynamique qui ambitionne de faire évoluer les professions liées aux chiens que ce soit d’un point de vue pratique ou juridique. Alors rejoignez-nous!

fringilla vel, ut facilisis Nullam risus adipiscing nunc velit, ut Donec
Share This